Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juin 2015 2 23 /06 /juin /2015 14:49

Tiens, je suis en pleine consultation de mes notes sur Vacquié

Et tout d'un coup,

c'est l'étincelle.

Un truc qui me marne dans la cervelle depuis.... je sais plus, mais ça fait longtemps.

Et pourquoi qu'elle vient l'étincelle ? Ça, j'adore, remonter comment dans ma tête, je suis arrivé à cette pensée. Ça fait depuis tout petit que je pratique . Ça fait du bien par où ça passe.

Mais là, j'ai pas retrouvé, un blanc...

En tout cas voilà ma question : bon, Guillaume , après avoir débarrassé le salon de l'encombrant Pierrot, tout raide et tout froid, il se casse la tête pour tirer profit de la situation, côté pognon, parce que là, il y aurait moyen de sauver les meubles. Et il invente , à refaire les promesses de vente, à les déposer quelque part, à faire croire que Quéméneur, il est parti au loin.

Le loin, c'est Le Havre.

 

Et pourquoi Le Havre ?

 

Y a pas beaucoup de réponses possibles à ma question. Réfléchissez bien, dans la logique, celle qui fait agir Seznec...

Y en a deux

 

Ou il sait que Vacquié a l'intention d'y ouvrir une agence.

mais comment qu'il a eu cette information ? Il ne connait pas Vacquié, sinon il en aurait parlé mais Quéméneur , qui lui sait, a dû lui faire une allusion sous une forme quelconque.

 

Ou , il en parle à Kerné, justement le Kerné qui y a des attaches ? Donc Kerné serait le complice qu'on avait cherché dans un autre chapitre. Kerné, c'est bien, il est tellement flou qu' on peut y mettre tout ce qu'on veut sur le dos. C'est le mec fourre-tout . Y a jamais personne qui dira qu'on se trompe.

 

Ou les deux à la fois

 

Donc, mes enfants, vous pigez le truc maintenant.

 

Seznec, il invente à sa façon la présence de Quéméneur au Havre. Mais attention , il y va doucement, on ne sait jamais , la famille peut avoir d'autres informations. Donc, il suggère. Non, la sœur, elle ne sait rien. Il suggère un voyage ailleurs, une destination vraisemblable. Puis, avec Kerné, il monte le coup.

 

Y faut quand même bien dire que De Jaegher, avec sa lettre à la con au Juge Campion, il y a foutu son caca dans le vraisemblable...enfin, ça rajoute au côté "obscure" du Kerné et , en plus, qu'il meurt de maladie grave, juste à temps pour ne pas avoir à s'expliquer un tantinet plus long, juste assez tôt pour qu'on puisse encore en inventer dans ses turpitudes.

 

Si vous voyez d'autres explications

 

et bien, il faut me le dire.

Partager cet article

Repost 0
Published by skeptikos
commenter cet article

commentaires

skeptikos 29/06/2015 19:27

Je voulais indiquer justement que c'était à cause de cette proposition de la BPC que nous avons Le Havre.

De plus, je ne dis pas que Kerné y serait allé dès le 13 juin, mais simplement qu'il y avait des attaches.

Bon , ça me rassure , quelqu'un est attentif au moindre faux pas

bien à vous

La Langellière 26/06/2015 10:36

P.S.2 Sauf que...
Sauf que pour Kerné, ça colle pas...
Et "L'affaire Seznec revisitée" nous le démontre dans son article "Hervé, Bal et Denis Seznec lustrent le zinc... et le lecteur trinque"
http://affaire-seznec.w.pw/?p=226,
Kerné était bien chez sa maman à Paris entre le 13 et le 20 juin, même qu'un toubib a délivré un certificat médical et que son nouvel employeur est passé le voir (oui, il ne bossait plus pour de Jaegher depuis la mi-avril). Et que j'ai une furieuse tendance à croire ce qu'écrit seznek... oui, une furieuse tendance....

La Langellière 26/06/2015 06:20

Pourquoi Le Havre, nous demandez-vous Skeptikos...
Mais parce que c'est le port d'embarquement pour l'Amérique.
Et que plus on pensera Quémeneur loin, mieux ça vaudra. On ne viendra pas enquêter chez lui à Morlaix. On n'enquêtera pas non plus du côté de Brest, de Landerneau ou de Châteaulin.
C'est d'ailleurs en ce sens que va témoigner Gabriel Saleun quand il va rapporter les termes de sa conversation avec Quémeneur : "Je me suis mis en relation avec un ami de Paris qui occupe certainement une bonne situation en Amérique..."
1923, on est en plein dans le rêve américain. C'est la vraie dernière année de bousculade à Ellis Island avant la loi sur les quotas d'immigration de Johnson-Reed.
Le fric, c'est l'Amérique...
Maintenant, côté pratique, il n'a pas pu faire ça tout seul, Seznec. Une petite main l'a aidé. Kerné ? Pourquoi pas ? Mais peut-être pas Kerné tout seul, peut-être un Kerné manipulé ailleurs et autrement.

La Langellière 26/06/2015 10:16

P.S. Y'a quand même un truc... Le Pouliquen, dans sa primo enquête, jamais il ne cite la B.PC. et pourtant Quémeneur c'était bien pour être directeur de 'lune de leur succursale à Cherbourg ou au Havre (justement) qu'il avait été pressenti ????

Olijuseb 24/06/2015 19:54

Merci beaucoup pour ces informations Mme Langellière, grâce à vous je suis allé à la pêche et j'ai rapporté ça : http://bateauduhavre.over-blog.com/2015/06/premiers-vapeurs-sur-la-ligne-morlaix-le-havre.html

Emprunter les paquebots à vapeur pour aller s'approvisionner en essence, c'était plutôt judicieux.

skeptikos 25/06/2015 11:10

J'ai oublié de mettre une référence : http://www.histoiremaritimebretagnenord.fr/gens-de-mer/gens-de-mer-3/

skeptikos 25/06/2015 11:05

Je suis bien de votre avis à tous les deux: Seznec avait bien des raisons de connaître Le Havre. La ligne ne fonctionnait plus en 1920, faute de navire mais peut-être des indépendants...des anglais...ou je ne sais qui d'autres...
Mais passons, je vous rappelle ma question : pourquoi Le Havre ?

Olijuseb 24/06/2015 16:29

Bonjour, encore un article qui porte à réflexion...

Dans l'Ouest-Éclair du 28 juillet 1923, il est écrit en page 2 :

"Seznec connaissait-il Le Havre ?

On sait que Seznec a maintes et maintes fois déclaré qu'il ne connaissait pas Le Havre, qu'il n'était jamais allé dans cette ville

Or on raconte qu'en 1920, alors que l'essence d'auto manquait, Seznec serait allé au Havre, pour s'en procurer. Ce point va être vérifié."

Je n'ai rien trouvé qui confirme ou infirme cette information, mais cela ne me semble pas impossible que Guillaume se soit rendu au Havre pour se procurer de l'essence alors qu'il y avait une pénurie.

Dans la Dépêche de Brest du 6.1.1920, 1ère page 3è colonne, il y a tout un article sur la pénurie d'essence.

La Langellière 24/06/2015 18:09

Olijuseb, saviez-vous qu'il y avait un liaison par bateau entre Morlaix et Le Havre. J'ai appris cela sur le forum de Mme Lebranchu début 2007. Je vous cite l'intervenant :
"(...) jusqu’à preuve du contraire le transport de passagers entre Morlaix et Le Havre était assuré par la Compagnie des Paquebots à Vapeur du Finistère. Suite au torpillage de son dernier bateau en 1917, en Méditerranée, à défaut d’avoir été intégralement remboursé par l’État, l’armement fondé par Édouard Corbière en 1839 disparaît en 1921. Pour raison de guerre, la liaison avait été interrompue en 1915."
Il est donc possible que Seznec, en janvier 1920, ait pu tout simplement emprunter ce moyen de transport....

Présentation

  • : Affaire de cadillac
  • : Histoire d'y voire un peu plus claire dans la disparition de Pierre Quemeneur et dans la condamnation de Guillaume Seznec
  • Contact

Recherche

Liens