Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2008 5 11 /04 /avril /2008 14:45

Bien, l’épisode maladie et bien venue chez les patients de notre cher hôpital est terminé.

 

Je reprend donc le récit.

 

En 1999, paraissait la première édition de Nous les Seznec de Denis Seznec. Parmi les partisans  de base de la révision, la lecture du livre devait enfin avoir l’effet d’un ouragan soulevant les voiles du mystère le plus complexe livré à nos réflexions depuis des générations d’ « aductifs » de la chose mal jugée. Pensez, Zoro allait pourfendre les vilains, le Bossu allait se redresser pour jeter son gant à la figure du méchant magistrat qui refusait revoir la copie, et Rouletabille allait démêler les fils tant embrouillés d’un impossible voyage entre Morlaix et Dourdan, quant à la Vérité, elle allait sortir du puits profond où une horde de pourris l’avait jetée depuis des décennies au seul intérêt de dissimuler les pirouettes qui les avaient hissés aux plus hautes marches du pouvoir.

 

Pourquoi j’ai maintenant la dérision au bord du stylo et pourquoi je commence à égratigner, c’est bien le terme, ce qu’hier j’avais respecté et parfois adulé ?

 

Ce que je sais, c’est que je n’ai pas accepté  les inexactitudes, les silences et les omissions. Ca m’a plus que gêné, ça m’a fait mal,  à la dimension de mes convictions. Ca peut se comprendre, non ? Et puis, ça donnait tellement raison à ceux qui inlassablement, jetaient de leur bouches en cul de poule au dessus de leur robe rouge sang et de leurs peaux d’hermine un  « non ! » sec et méprisant qui renvoyait un Guillaume Seznec pour la xième fois dans son bagne.

 

Ce dossier est maudit. D’une manière ou d’une autre, il entame l’intégrité de l’édifice de nos certitudes.

 

Ouais….faut pas exagérer. C’est juste une petite démangeaison à un confort intellectuel.

 

Ce que je voulais vous dire, c’est que , une fois ce bouquin terminé, il faisait comme pour n’importe volume de la série des Harry Potter. Il ouvrait des fenêtres vers beaucoup d’autres mystères et laissait son lecteur sur sa faim. Et comme on se doutait qu’il n’y aurait pas de second épisode , on se mettait à fouiller la mémoire collective pour essayer de trouver des réponses.

 

La plus importante, c’était de trouver l’homme politique qui,  de sous-secrétaire à la gestion des stocks , était passé à un niveau de pouvoir tel qu’il avait usé de tous moyens pour faire tuer un conseiller général de troisième zone et envoyer au bagne un breton têtu.

 

 

Ce n’était pas une sinécure, il y a quelques années,  de trouver le nom d’un sous secrétaire-d’état de l’entre-deux-guerres. Internet ne servait pas à grand-chose pour ce type de domaine et même quelques historiens interrogés ne savaient  vers où vous diriger pour accéder à l’information. Bon, maintenant, ça va mieux.

 

Vous le savez, dès les premiers jours de son arrestation, Seznec ne se cacha pas pour dire que Quéméneur et lui se rendaient à Paris pour vendre une cadillac un peu essoufflée en guise d’échantillon à un type qui se serait chargé monter des ventes à plus grande échelle à destination d’un marché dont nous ignorons tout. Mais la police, puis la justice ne semblèrent pas soucieuse de faire la lumière sur ce trafique, ce qui ne manqua pas d’alimenter la colère de Seznec puis la méfiance.

 

A  gros traits, voilà ce qu’on pouvait déduire de la lecture de Nous Les Seznec : la mémoire familiale retenait que depuis les premières tentatives de faire entendre un autre son de cloche que celui de la chose jugée, des âmes compatissantes et hauts placées, que ce fut le préfet de police Jean Chiappe ou plus tard, le patron de la DST, avertissaient les descendants de Guillaume  qu’il y avait du gros fretin à la tête de tout ça et qu’il suffisait de rechercher du côté des politicards qui avaient eu en charge la liquidation des stocks. Sous entendu, ils s’y étaient rempli les poches pour faire tourner leur petite boutique. Le tout, bien entendu, avec la complicité de tous les copains et autres frères « trois points ». Vous êtes trop jeunes pour savoir qui sont ces mecs à trois points : c’est sous cette appellation d’époque qu’on désignait les francs-maçons, engeance pernicieuse, plutôt de gauche qui accaparait tous les leviers du pouvoir et voulaient la mort un des catho, deux, de la France tant est si bien que la dite France, enfin confiée aux dignes mains du patriarche Pétain les fit interdire, les arrêta et en déporta une bonne part dans les camps du peu recommandable cousin Adolphe. Je sais que cette haine les poursuit encore aujourd’hui, la France est ainsi faite.

 

Donc il s’agissait de trouver un franc-maçon, ayant , après l’armistice, rempli les fonctions de sous-secrétaire d’état à la gestion des stocks et ayant gravi, vraisemblablement, quelques degrés dans les arcanes des gouvernements et resterait protégé soit par sa puissance personnelle soit par celle ses copains, de sa famille ou de son parti.

 

 

Notre enquête nous apprend les noms de ces trois sous-secrétaires :

 

1919 : Jean Paul MOREL

1919 0 1920 : Yves LE TROQUER

1920 à 1921 : Alexis BROUSSE

Partager cet article

Repost 0
Published by skeptikos
commenter cet article

commentaires

Berthe 13/04/2008 10:33

Si je peux me permettre, il faut éviter les généralités : "les cathos", "les F.M." etc.... Chaque individu porte en lui une part de lumière, après son choix de religion ou de philosophie lui appartient totalement. Exemple : je suis catho et tradi (pas intégriste, tradi ça suffira !)l'un des fils d'une de mes amies qui est F.M. préparait son mémoire d'entrée en loges sur Saint Jean. J'avais le meilleur bouquin sur Saint Jean qui puisse exister à la maison, et bien je lui ai prêté. Ce qui nous fait du tort, à nous, les Cathos, ce sont les intégristes. Ah là, la tolérance : connais pas. Un jour l'une d'elles m'a pondu :"Plutôt que de fréquenter des amies juives, vous feriez mieux de les convertir !!!" Manque de pot : j'aime beaucoup la religion juive. Et puis,pour mettre un point rigolo sur les i, j'ai eu dans ma vie un homme brillantissime juif et F.M. Savez-vous ce qui nous a séparé ???? L'Affaire Seznec, car il trouvait que nous vivions à trois. Sicut dixit.

Berthe 12/04/2008 09:06

Dans l'émission "12/14 Ouest" du 2 octobre 2004, réalisée par Bernard Le Roux,Patrick Boquet, avocat, ancien comédien dans la pièce de théatre déclare : "Donc, quand on est objectif, on doit dire que des francs-maçons ont certainement tiré les ficelles en 1923-1924, d'une part à une époque où tout le Gouvernement de la France était massivement tenue par la Franc-Maçonnerie et où tous les postes les plus importants étaient en général tenus par les francs-maçons. Mais aussi, et on ne peut pas être honnête si on ne dit pas cela également que beaucoup de francs-maçons se sont engagés dans le sens de la vérité, dans le sens de la révision du procès Seznec"
Un exemple pratique : Pierre Bonny et Charles Huzo était francs-maçons, l'un contre, l'autre pour. Il n'est pas humainement pensable qu'un homme soit déporté pour sa race ou pour ses idées. Mais "Le Protocole des Sages de Sion" (1897 ?), vaste fumisterie d'un certain Léo Taxil, rédigé en fait par un ancien émigré russe, vivant en France, Mathieu Golovinski, sur ordre de la police du Tsar des Russies,a largement du contribuer à l'assimilation juifs/francs-maçons. Le sujet : comment les Juifs doivent s'y prendre pour devenir les maîtres du monde..... Un ouvrage en 24 parties : une horreur totale ! Mais soyez consternés ce pamphlet contre le judéo-maçonnisme est encore aujourd'hui largement distribué !!!

Berthe 11/04/2008 16:07

Sorry, mais le livre de DLHS est paru à l'automne 1992.

skeptikos 12/04/2008 11:06


Merci de relever cette erreur de frappe impardonable.

C'est bien le problème, on ne se relit jamais assez.


Présentation

  • : Affaire de cadillac
  • : Histoire d'y voire un peu plus claire dans la disparition de Pierre Quemeneur et dans la condamnation de Guillaume Seznec
  • Contact

Recherche

Liens